Alors qu’Ariya Jutanugarn cherche à défendre ses titres pour le Pure Silk Championship et l’US Women’s Open, on peut toujours la voir sourire. Ce sourire n’est pas seulement le reflet de sa joie, il s’agit en réalité de toute une philosophie, une approche mentale pour rester au top.

Ariya Jutanugarn - © USGA/Darren Carroll

Ariya Jutanugarn – © USGA/Darren Carroll

En 2003, McDonald’s a lancé son slogan publicitaire “Put a Smile On”. Dans l’une des publicités, un groupe d’enfants s’ennuie dans un musée. Ronald McDonald, alors mascotte de l’entreprise de restauration rapide, apparaît. Avec son énergie positive, il fait sourire les enfants.

Les enfants interagissent avec le musée avec beaucoup d’enthousiasme, appréciant leur visite bien plus qu’ils ne l’auraient fait sans l’énergie de la mascotte.

La campagne a également fait preuve d’une incroyable clairvoyance, car elle incarne la philosophie de l’une des meilleures joueuses de la LPGA, 16 ans après ses débuts.

Ariya Jutanugarn trouve sa joie

Ariya Jutanugarn a fait ses débuts sur le LPGA Tour en 2015. Après une saison en dents de scie en temps que rookie, dont 10 cuts manqués consécutifs, la Thaïlandaise a pris un peu de recul. Elle a réfléchi sur ses émotions à la fin de la saison avec sa sœur Moriya.

« Nous pensions que nous avions besoin de quelqu’un pour nous aider, parce que je savais qu’il ne s’agissait pas de mon swing. Je détestais cette situation, je ne pouvais plus le faire parce que j’avais si peur, j’étais si inquiète. Je pleurais sur le parcours tous les jours. »

Sachant que ce n’était pas une façon durable de jouer sur le circuit de la LPGA, Ariya Jutanugarn s’est rendu compte qu’elle aimait la façon dont Ai Miyazato abordait le golf. La neuf fois vainqueur sur le LPGA Tour a toujours été heureuse et s’est rarement énervée sur un terrain de golf.

Cela l’a amenée à trouver Vision54 peu avant la Founders Cup, début mars 2016, avec qui Miyazato travaillait à l’époque.

Vision54 est une école de golf fondée par Lynn Marriott et Pia Nilsson à Scottsdale en Arizona. Marriott et Nilsson sont toutes deux d’anciennes professionnelles devenues enseignantes, qui se concentrent non seulement sur la technique, mais aussi sur l’approche globale et les compétences humaines nécessaires pour jouer le meilleur golf d’un joueur sur le parcours de golf. Leur philosophie de base est qu’éventuellement, en compétition, un joueur pourrait scorer 54, car les compétences techniques multipliées par les compétences humaines se traduisent par une performance sur le parcours.

Marriott et Nilsson ont travaillé avec quatre anciens joueurs numéro un mondiaux et neuf grands champions chez Vision54.

Quand Ariya Jutanugarn est venu les voir, Marriott a été choqué : « Quand nous l’avons vue frapper une balle de golf, je me suis dit : “Comment n’avez-vous pas encore gagné sur le LPGA Tour ?” »

Ariya Jutanugarn a participé à trois jours d’école de golf Vision54, où Vision54 présente ses concepts aux nouveaux étudiants potentiels. Nilsson a expliqué que tout joueur qui vient à l’école de golf a une vision d’ensemble de la situation.

« Si tu joues au golf, c’est un gros puzzle. Nous aidons les joueurs à comprendre les pièces du puzzle. La plupart d’entre eux connaissent certaines choses à propos de leur technique, mais ils ne connaissent pas les autres compétences dont ils ont besoin pour bien jouer au golf sur le parcours. Nous les aidons vraiment à comprendre ce qui leur manque être performants. »

Vision54 apporte de nouvelles valeurs humaines à leurs élèves, qui ne reconnaissent pas pourquoi il ou elle n’a pas frappé une balle correctement. Ils identifient que si les coups manqués sont des fautes technique ou non.

Exemple : quand un joueur est indécis entre un fer 6 et un fer 7, l’erreur et le défaut technique sont en corrélation avec l’indécision, plutôt que le swing lui-même.

Au lieu de demander à Ariya Jutanugarn d’aller gagner un événement, ou de chercher un nombre x de birdies dans un tournoi, ils lui donnent les objectifs du processus. Un objectif de processus de Nilsson et Marriott met l’accent sur quelque chose qui manquait peut-être à l’un de leurs élèves récemment. Ils vont de l’utilisation d’un langage corporel fort après un suivi jusqu’à consacrer 10 minutes d’étirement que l’élève devrait pratiquer chaque jour.

Les leçons de Vision54 sur les compétences humaines ont aidé à déchiffrer le code pour Ariya Jutanugarn . En seulement trois jours, cela avait changé sa vie.

« Mon caddie était si surpris. Il était genre, qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Quelque chose ne va pas ? Je suis apparu comme une personne totalement différente. »

Bien que les leçons n’aient pas été payantes immédiatement à Phoenix, elles l’ont été cinq épreuves plus tard. Ariya Jutanugarn a remporté trois victoires consécutives.

Elle a remporté sa première épreuve par un seul coup d’avance au Yokohama Tire LPGA Classic en mai, réalisant un score de 63, le meilleur de sa carrière, au troisième tour. Deux semaines plus tard, Ariya Jutanugarn remportait le championnat de Kingsmill par un coup d’avance. Une troisième victoire est survenue la semaine suivante après avoir distancé Jessica Korda et Christina Kim, qui étaient toutes les deux à un coup derrière elle à la veille de la finale, pour gagner par cinq coups d’avance au LPGA Volvik Championship.

Trouver sa joie a porté ses fruits.

Pour en savoir plus sur Vision54 : https://www.vision54.com/