L’eagle de 3 mètres de Laura Davies au dernier trou du Chicago Golf Club n’a pas calmé la rancœur de la défaite de l’Angleterre en Coupe du monde. Toutefois, lever le trophée lors de l’U.S. Senior Women’s Open ferait certainement l’affaire. Son score de 71 (-2) la place à un coup derrière Elaine Crosby, une joueuse de 60 ans originaire du Michigan qui a évolué au sein de la LPGA de 1985 à 2000.

La “Reine” Dame Laura Davies – Photo : ©TPlassais/swing-feminin.com

Trish Johnson, championne du premier Senior LPGA Championship, se joint à Laura Davies et Liselotte Neumann à 2 sous le par. Helen Alfredsson (-1) complète le quintet qui a brisé le par au premier tour.

“Vous vous tenez sur le tee et vous pensez, vous pouvez vous détacher de cet endroit,” dit Laura Davies, “Mais vous savez que ça n’arrivera pas parce que les tees sont généreux … ils vous laissent faire, et ensuite votre deuxième tir doit être dans le quadrant droit du green car ce sont de grands greens carrés. “

Laura Davies et Neumann, qui ont joué l’une contre l’autre lors des Juniors européens en 1979, ont été jumelées aux côtés d’Inkster, qui a égalisé. Inkster n’a franchi qu’un seul cut cette année en neuf départs sur le circuit LPGA, citant des problèmes sur les greens.

“J’ai vraiment bien putté aujourd’hui”, a déclaré Inkster, “et j’ai frappé la balle comme une naze.”

Dans l’ensemble, la septuple championne de majeurs a été satisfaite de sa performance, affirmant à plusieurs reprises que cela aurait pu être pire.

La journaliste de Golf Channel, Kay Cockerill, a surmonté un cas grave d’explosion de joie en signant une carte de 74 (+1) lors de son premier tournoi (en dehors d’un tournoi qualificatif pour l’U.S. Women’s Open) depuis 1997.

Alors que Cockerill essayait de prendre le petit-déjeuner, elle regardait une vidéo de six minutes des collègues de Golf Channel – des ingénieurs aux commentateurs aux producteurs – lui souhaitant bonne chance.

“Je passais constament entre rires et pleurs”, a t’elle ajouté.

Les mains de Cockerill tremblaient au début, mais un birdie sur son deuxième trou (n ° 11) l’aida à s’installer.

“La chose la plus difficile, honnêtement, c’est le putting et la difficulté de ces greens et de trouver la bonne vitesse”, a déclaré Cockerill. “Vous pensez que vous avez fait un bon putt, et il est juste 2 mètres plus loin.”

Pour rester concentré, Cockerill a essayé d’imiter le look presque méditatif d’Inbee Park sur les fairways du LPGA.

Hollis Stacy, Amy Alcott, Suzy Whaley, Rosie Jones et Jan Stephenson ont toutes rendues une carte de 77 (+4), bon pour une part de 29e place, tandis que Pat Bradley et Betsy King ont scorés 78. Le top 50 et égalité franchissent le cut.

JoAnne Carner, qui a lancé le championnat en frappant le premier coup à 7 h du matin, a scoré son age, 79, à la suite d’un bon parcours sur les 9 de retour. Carner n’avait pas marché 18 trous depuis 2004.