L’année des Françaises (Juin-Juillet-Août) : un été au parfum olympique

Le sacre de la Sud-Coréenne Inbee Park, championne olympique de golf ce 20 août a Rio de Janeiro devant Lydia Ko, médaille d’argent, et Shanshan Feng, médaille de bronze, est réjouissant pour le golf féminin mondial. Du côté des Tricolores, Gwladys Nocera et Karine Icher, qui s’étaient montrées, avec Céline Herbin, les meilleures Bleues dans les trois Majeurs de juin et juillet, n’ont pu faire mieux que 39e et 44e. L’été restera aussi marqué par la grande victoire d’Isabelle Boineau sur le LET, fin juillet à l’open d’Ecosse.
Par Agatha Crispy

20160822_AnneeFrancaises_JuinJuilletAout_00

De gauche à droite : Lydia Ko, Inbee Park et Shanshan Feng – © Getty Images

AOUT

Karine Icher et Gwladys Nocera, les deux meilleures Françaises au classement mondial à la date du 11 juillet 2016 (60e et 147e), étaient automatiquement les deux représentantes du golf féminin tricolore aux jeux Olympiques à Rio de Janeiro. Respectivement âgées de 37 et de 41 ans, les deux joueuses se voyaient ainsi récompensées de l’intégralité de leurs carrières de très bon niveau avec cette sélection relativement aisée, tant le critère du seul Rolex rankings ne laissait guère de place aux prétendantes de dernière minute. Mais entre participer et performer, il y a un monde. Pas de miracle pour le duo tricolore dans ce tournoi olympique féminin, disputé du 17 au 20 août à la Reserva de Marapendi du quartier de Barra da Tijuca, en grande banlieue de Rio (parcours de 5944 mètres, par 71).

  • Gwladys Nocera et Patricia Meunier-Lebouc, référente olympique pour la ffgolf - © Agatha Crispy

Gwladys Nocera termine 39e à +6, en ayant signé des cartes de 73, 71, 74 et 72  (+6). Karine Icher est 44e à +10, avec des cartes successives de 73, 72, 73, 76. Une déception, il faut l’avouer. D’autant que le champ de ce tournoi olympique, réduit à 60 joueuses et excluant un nombre considérable des meilleures mondiales (de deux à quatre joueuses possibles, même pour les nations fortes), était, selon les mots mêmes de Karine Icher avant ces Jeux, « le plus faible de l’année ». Après les classements mitigés de Grégory Bourdy (21e) et de Julien Quesne (55e) dans le tournoi olympique masculin, le golf français n’a donc pas été au carnaval, à Rio de Janeiro.

Il a manqué à Gwladys et à Karine au moins une jolie journée, comme celles réussies par Bourdy en début de tournoi (67 et 69). Ou encore mieux : une carte hors du commun comme celle de la Russe Maria Verchenova, 62 (-9 !) dans le dernier tour du 20 août. Placée 41e ex aequo à +5 avec Icher et Nocera après trois tours, Verchenova a établi avec ce 62 le record du parcours. Réalisant neuf birdies, plus un trou en un au par 3 n°4, la Russe a remonté vingt-cinq places, terminant 16e à -4. Pas de quoi inquiéter, néanmoins, le trio de tête…

Inbee Park, la Sud-Coréenne longtemps numéro 1 mondiale et plus jeune joueuse à être rentrée au Hall of Fame (en juin dernier, annonce faite au KPMG Women’s PGA Championship) paraissait en bout de course, saturée de golf et démotivée, disait-elle, par une blessure au pouce récurrente. Forfait en juillet pour l’US Open et le British Open, Park, 28 ans, a rassemblé toute son âme et sa technique pour aller chercher une médaille d’or olympique qui magnifiie définitivement son palmarès. Avec un score final de -16, elle n’a laissé aucune chance à la jeune joueuse de 19 ans qui lui succède aujourd’hui au firmament du golf mondial. Lydia Ko, la Néo-Zélandaise d’origine coréenne, est néanmoins superbe 2e à -11, médaille d’argent en ayant arraché avec classe et panache un ultime birdie au 18. La médaille de bronze revient à la Chinoise Shanshan Feng, 3e à -10. Un podium de très grandes joueuses et qui fait honneur au golf féminin.

JUILLET

US Open, Scottish, British… Nocera, Boineau et Icher !

Valentine Derrey, Gwladys Nocera et son cadet, Sébastien Clément, en juillet à l'US Open - © Agatha Crispy

Valentine Derrey, Gwladys Nocera et son cadet, Sébastien Clément, en juillet à l’US Open – © Agatha Crispy

Trois spots de fort intérêt étaient au programme de ce mois de juillet 2016. En un : l’US Open, troisième Majeur de la saison, disputé du 7 au 10 juillet au CordeValle Golf Club de San Martin, à une heure de route de San Francisco. En deux : l’open d’Ecosse, disputé au Dundonald Links du 22 au 24 juillet. En trois : l’open britannique, le quatrième Majeur de la saison, du 27 au 31 juillet au Woburn Golf Club, non loin de Londres. A chaque fois, une Française s’y est mise en évidence. Et de quelle façon pour Isabelle Boineau, vainqueur du Scottish Open et qui remporte, à 27 ans, la première grande victoire de sa carrière ! Déjà 5e du Lacoste Ladies Open de France en 2014, et encore 5e de l’édition 2016 de la Coupe Lalla Meryem au Maroc en mai dernier, la Marseillaise a bien choisi son tournoi pour s’illustrer. Doté de 500 000 euros, avec un chèque de 75 000 euros pour la lauréate, cet open d’Ecosse lui a permis une remontée spectaculaire au classement européen.

Le 8 septembre prochain au ISPS Handa Ladies European Masters (Hubbelrath, Allemagne), c’est au quatrième rang provisoire du ranking 2016, juste derrière l’Américaine Beth Allen, l’Ecossaise Catriona Matthew et la Chinoise Shanshan Feng qu’Isabelle Boineau négociera la reprise du LET, après la longue interruption due aux jeux Olympiques à Rio de Janeiro. Grâce à cette performance éclatante de fin juillet au Dundonald Links, Isabelle est la seule Française à ce jour à bien figurer au classement européen. Derrière, il faut aller aux 23e et 28e rangs du ranking pour trouver Gwladys Nocera et Karine Icher. Ces dernières ont néanmoins fait le job en juillet, notamment dans les deux Majeurs qui étaient au programme.

Le 10 juillet à l’US Open à San Martin (victoire de l’Américaine Brittany Lang), Gwladys Nocera se classe 38e après avoir été la seule des quatre Françaises engagées à passer le cut. Ni Karine Icher, ni Jade Schaeffer ni Valentine Derrey (premier US Open pour Jade et Valentine qui s’étaient brillamment invitées grâce à une qualification obtenue fin mai en Angleterre !) ne réussissent en effet à prolonger leur séjour californien. Le 31 juillet à l’open britannique à Woburn (victoire de la Thaïlandaise Ariya Jutanugarn), Karine Icher finit bonne 25e et améliore sa marque de 32e signée début avril au Ana Inspiration à Rancho Mirage. De leur côté, Isabelle Boineau et Gwladys Nocera ne passent pas le cut, confirmant la règle : en quatre Majeurs déjà disputés en 2016, il n’y a jamais eu plus d’une seule joueuse tricolore à s’inviter au week-end.

Il ne reste que l’Evian Championship, du 15 au 18 septembre, pour inverser cette tendance. Isabelle Boineau, qualifiée pour le cinquième Majeur de la saison, grâce à sa victoire au Scottish Open, et Céline Herbin – assurée de participer au Majeur français depuis son titre de fin 2015 à l’open de France et dont on a noté la superbe place de 11e sur le LPGA Tour le 17 juillet au Marathon Classic à Corning, dans l’Ohio (victoire de Lydia Ko) – feront partie des Françaises qui se battront à Evian pour qu’il y ait enfin une exception à la règle.

JUIN

Céline Herbin « Majeure », Karine Icher 3e en LPGA

A gauche : Celine Herbin, en juin au KPMG avec son protège-bois "Olive, la femme de Popeye", à droite : Marion Ricordeau et son mari cadet Inigo, en juin au KPMG - © Agatha Crispy

A gauche : Céline Herbin, en juin au KPMG avec son protège-bois “Olive, la femme de Popeye”, à droite : Marion Ricordeau et son mari cadet Inigo, en juin au KPMG – © Agatha Crispy

Le mois de juin est marqué par la première performance de Céline Herbin dans un tournoi majeur : 46e du KPMG Women’s PGA Championship, le 12 juin à Sammamish, près de Seattle. Pour ce qui était le premier Majeur de sa carrière, la lauréate du Lacoste Ladies Open de France 2015, se trouvait bien entourée puisque quatre autres Françaises, Gwladys Nocera, Karine Icher, Marion Ricordeau et Joanna Klatten, étaient au départ avec elle. Sur le magnifique mais très « challenging » parcours boisé de Sahalee, sur la côte nord-ouest des Etats-Unis (pas très loin de Vancouver et du Canada), Céline Herbin a montré un mental exceptionnel. Déjà pour encaisser un premier tour compliqué, bouclé très loin des meilleures, à +5. La Bas-Normande souffrait d’une grosse angine et elle dût batailler 5h40 sur le parcours avec 25 minutes d’attente sous la pluie au départ d’un des derniers trous, tant les parties s’étaient « empilées » au fil de la journée.

Malgré son retard au score, c’est bien elle, Céline, qui allait être la seule des cinq Bleues à passer le cut, fixé à +7 au soir du deuxième tour. Ricordeau et Icher manquaient le week-end pour un point, Nocera pour trois points, tandis que Joanna Klatten, souffrant d’une lombalgie aigüe, avait déclaré forfait dès le jeudi matin. Alors que la jeune Canadienne Brooke Henderson s’imposait au premier trou de play off face à Lydia Ko (la numéro 1 mondiale et la lauréate du Ana Inspiration début avril), c’est à la 46e place que Céline Herbin, bien que très affaiblie par son angine, bouclait le deuxième Majeur de la saison. La confirmation de ses premières grandes performances sur le LPGA Tour cette année.

Juste avant ce KPMG Women’s PGA Championship, Céline Herbin avait en effet déjà été 22e du ShopRite LPGA Classic à Galloway, le 5 juin dans le New Jersey. Tournoi sur trois tours, certes « zappé » par beaucoup des meilleures mondiales mais où Karine Icher avait de son côté pris une très bonne troisième place  grâce à un 62 record dans le deuxième tour. Il s’agissait du neuvième « podium » pour Icher en onze saisons sur le LPGA Tour. Mais toujours pas cette victoire après laquelle la Castelroussine ne cesse de courir depuis ses débuts sur le circuit américain…

Du côté du Ladies European Tour (LET), le calendrier du mois de juin s’était résumé à un seul tournoi : le Tipsport Golf Masters, au Pilsen Golf Club en République tchèque. Ce tournoi sur trois tours, disputé du 17 au 19 juin et remporté par la Danoise Nanna Koerstz Madsen, a permis à Sophie Giquel-Bettan, 8e, de revenir parmi le top 10 d’un tournoi du circuit européen. Ce qui peut augurer de belles choses pour la Bretonne de Ploërmel avant la fin de la saison 2016, d’autant que c’est entre septembre et décembre que le LET offrira le plus de tournois et donc d’opportunités aux joueuses, les Françaises en particulier.