La jeune Tchèque Klara Spilkova remporte le premier titre de sa carrière avec une carte finale de 66 et un coup d’avance sur Suzann Pettersen. Agathe Sauzon, très bonne 8e, signe son premier top 10 sur le LET. Un bonheur partagé avec Ariane Provot, 14e.
  • Klara Spilkova avec présentant le Lalla Meryem Cup trophy, courtesy of LET/Tristan Jones.

Agathe et Ariane, encore aux cartes en décembre dernier…

Il y a quatre mois, Agathe Sauzon et Ariane Provot n’étaient pas encore assurées de pouvoir jouer sur le Ladies European Tour en 2017. Les deux amies repassaient les cartes européennes à Marrakech, lors de la traditionnellle Lalla Aïcha Tour School Final du mois de décembre au Maroc. Agathe pour la deuxième fois. Ariane pour la quatrième fois. De la difficulté pour les jeunes joueuses de conserver leurs cartes sur le circuit année après année… Rien n’est acquis pour cette nouvelle saison 2017, mais avec leurs prestations dans la Coupe Lalla Meryem qui vient de s’achever à Rabat, et si elles poursuivent dans cette voie, mesdemoiselles Sauzon et Provot devraient pouvoir s’éviter de retourner à Marrakech au mois de décembre prochain. Dans un tournoi remporté par la jeune Tchèque Klara Spilkova (-8) devant la grande favorite norvégienne Suzann Pettersen (2e à -7) et l’Anglaise Annabel Dimmock (3e à -6), Agathe Sauzon s’offre même le premier top 10 de sa carrière sur le LET (8e à -1) tandis que Ariane Provot se glisse dans le top 15 (14e à +1), devançant ainsi les quatre autres Françaises qui avaient passé le cut : Gwladys Nocera (21e à +3), Anaëlle Carnet (44e à +7), Sophie Giquel-Bettan (48e à +8) et Isabelle Boineau (50e à +9).

Ingénieur en chimie, Bachelor de la Chattanooga University

C’est un beau début pour le duo Sauzon-Provot. Et le plaisir des deux joueuses à se féliciter mutuellement, ce dimanche au Royal Golf Dar Es Salam de Rabat, était évident. En ce qui concerne Agathe Sauzon, c’est une grande première que ce top 10. L’année dernière, lors de sa première saison en tant que professionnelle, la Drômoise avait dû attendre son 8e tournoi, le 29 octobre 2016 au Sanya Ladies Open (Chine), pour enfin passer le cut et signer un 28e rang. Toujours sa meilleure marque sur le LET avant cette place de 8e à Rabat… «Cela dit, explique Agathe, j’ai beaucoup appris d’une telle période, même quand je ne réussissais pas à jouer le week-end. » La preuve dans cette Coupe Lalla Meryem où la diplômée de l’université américaine de Chattanooga (un Bachelor d’Ingénieur en Chimie obtenu en 2015 et qui prolongeait deux premières années d’études dans un IUT en France) a su gérer les aléas jour après jour. Après des cartes de 72, 70 et 74, c’est par un joli 71 que la plus éminente joueuse du Golf des Chanalets a bouclé son dimanche. Rentrant plusieurs longs putts de 6 ou 7 mètres et trois putts de plus de 4 mètres (27 putts seulement pour ce dernier tour), elle a compensé un double bogey au n°6 par cinq birdies aux 2, 7, 9, 11 et 13 : « Je suis très contente de ce premier top 10. Cela donne envie de bosser encore plus ! »

Remerciements sincères à leurs entraîneurs respectifs

C’est avec Édouard Brechignac, responsable du Pôle France Dames, mais également chargé du suivi de quatre autres jeunes pros (Justine Dreher, Alexandra Bonetti, Camille Chevalier, Anaïs Meyssonnier) qu’Agathe Sauzon cherche de nouvelles voies d’évolution depuis le début de l’année 2016. « On a fait du bon travail. Notamment pour que je passe d’un jeu en fade à un jeu plus en draw, qui me donnera un meilleur toucher de balle et plus de distance. Édouard trouve que je progresse assez vite»… Mêmes remerciements à son entraîneur du côté d’Ariane Provot après sa belle place de 14e, ce dimanche au Maroc : « Je travaille maintenant depuis deux ans et demi avec Pierre-Jean Cassagne. Le fait qu’il ait été sur place pour ce tournoi m’a bien aidée. Il voit absolument tout. Nous avons fait de très bons debriefings toute la semaine. Et même si je me suis mise un peu de pression dans le deuxième tour (carte de 77 après le joli 70 du premier tour), j’ai su m’accrocher, rester super patiente… Jusqu’à ce birdie que je réussis au 18 pour finir sur une carte de 69. Cette place de 14e, c’est un très bon résultat pour mon premier tournoi de l’année sur le LET ! »

Klara Spilkova, première Tchèque lauréate sur le LET

Du très bon résultat à l’excellente performance, il n’y a qu’une marche. Que la jeune Tchèque de 22 ans Klara Spilkova a franchie allègrement ce 16 avril au Royal Golf Dar Es Salam. Avec une ultime carte de 66 (la meilleure de la semaine, ex aequo avec l’Anglaise Georgia Hall, 4e à -4), Spilkova signait l’exploit. Celui de battre sur le fil la grande favorite norvégienne Suzann Pettersen (-8 contre-7). Et celui de devenir la première Tchèque lauréate d’un tournoi du Tour européen féminin. « Je suis tellement heureuse ! C’est fou ! » s’exclamait-elle en évoquant son modèle : la Slovaque Zuzana Kamasova. En 2011, l’année où la petite Klara Spilkova, 16 ans, faisait ses débuts de rookie sur le circuit, Kamasova avait remporté la Coupe Lalla Meryem à Agadir, devenant la première golfeuse de l’Europe de l’Est à s’adjuger un titre européen. Pour Spilkova, le chèque de 67 500 euros tombe à pic, pour son premier tournoi du LET cette saison. Comme beaucoup de joueuses obligées d’être raisonnables, elle n’était pas allée en Australie et en Chine pour les deux premières étapes de 2017. Se rendant plutôt à Terre Blanche, début avril, pour finir 4e de l’épreuve du LETAS (2e série européenne) remportée par Valentine Derrey. « J’ai peu joué au golf depuis deux mois. J’ai juste travaillé à mettre ma tête bien en place.» Cela a marché, on dirait !

Par Nathalie Vion, à Rabat